Comprendre son chien: pas toujours facile


En matière d'éducation canine, le propriétaire d'un chien novice est trop souvent confronté à beaucoup de littératures ou de discours contradictoires...

 

Depuis ces dix dernières années, de nombreux éducateurs canins professionnels ou amateurs se targuent de recourir à des "méthodes positives" ou "méthodes sans contraintes" ou encore "méthodes éthologiques".

 

Les méthodes éthologiques seraient basées sur l'observation du comportement des loups lorsqu'ils vivent en meute.

 Pour comprendre le langage canin, l'observation de la vie des loups à l'état sauvage est riche d'enseignements.

Mais quel enseignement tirent-ils de ces observations?

C'est bien là le problème...

 

L'anthropomorphisme est la plaie pour l'éducation canine...

L'éducation de base doit se faire avec bon sens: ce qui est autorisé, ce qui est interdit, ce qui est encouragé...

Le message doit être clair pour le chien, sinon il est perturbé.

Bien évidemment, la violence, les cris stridents ne servent à rien... De même qu'une caresse pour calmer un chien qui manifeste de l'agressivité n'a aucun sens..

Pour éviter tout rapport de force à venir avec un chien, il faut rester calme, ferme et déterminé.

 Les attitudes ambigües sont inquiétantes pour le chien.

 

 

Le novice a tendance à donner aux comportements canins des interprétations qui appartiennent à l'imaginaire humain et qui sont complètements décalées des codes canins.

 Pour bien comprendre un chien, il faut s'extraire au mieux de ces projections humaines... Hélas même les professionnels comportementalistes, vétérinaires ou éducateurs n'en sont pas toujours capables. 



Tout n'est pas dans les livres...


Les meilleurs éducateurs canins sont ceux qui sont opérationnels, qui savent analyser, comprendre et conseiller, sans se revendiquer d'aucune "Chapelle" d'aucune "École" d'aucune "Méthode". Ils savent comprendre le chien, mais aussi le maître... Permettre une harmonie entre les deux et les aider à communiquer et se comprendre mutuellement...

J'ai rencontré des éducateurs canins exemplaires, des "papis" et "mamies" aujourd'hui qui avaient compris tout cela sans avoir eu recours à des formations structurées, sans avoir lu des livres et qui avaient appris sur le terrain dès leur plus jeune âge... Ils avaient un sens inné pour comprendre les chiens et leur langage, un savoir qu'ils ont enrichi au fur et à mesure de leur pratique.

 

Force est reconnaitre que tout n'est pas dans les livres pour nous aider à comprendre nos chiens...

Il est des individus plus doués que d'autres qui ont compris beaucoup de choses qu'ils ne peuvent pas verbaliser... 


L'expérience de Shaun Ellis "Un homme parmi les loups"




Ce que Shaun Ellis a compris de son immersion avec les loups a l'état sauvage 


Extrait " Un homme parmi les loups" traduit de l'anglais par Marie de Prémonville.

"La plupart des dresseurs et des comportementalistes fondent  leur méthode sur le loup et reconnaissent l'importance la meute, ce que bien sûr je ne conteste pas, mais comme je l’ai exprimé auparavant, pour vraiment comprendre ce qui se passe, il faut être là.

Observer des loups de loin peut facilement conduire à des conclusions erronées, ce qui s'est produit dans de nombreux cas.

On a beaucoup dit aux maîtres qu'ils devaient assumer le rôle d’alpha et, en dépit des résultats miraculeux sur des chiens à problèmes, miracles dont nous avons tous été témoins sur nos écrans de télévision, cette solution n'est pas toujours efficace, en tout cas à long terme.

Je ne veux surtout pas accabler les comportementalistes canins, mais je crois dur comme fer qu'il est primordial de copier la conduite du loup avec précision, et le fait est que tous les animaux ne sont pas faits pour un maître qui joue le rôle de mâle alpha."


"Savoir quel caractère de chien on a chez soi constitue  le premier pas vers une vie heureuse avec lui."


[...] Les gens pensent souvent que le mieux est d'avoir un chien alpha, croyant que c'est le petit effronté qui vient au-devant des visiteurs au moment où ils choisissent leur chiot dans la portée. Ce n'est pas le cas. Les alpha restent au fond du chenil car ils ont un sens aigu de l'auto préservation. Ils ne se mettent jamais volontairement en péril. Si une situation devient dangereuse - disons, si un ours rôde près du terrier - les alpha ne s'impliqueront pas et regarderont les autres membres de la meute se faire tuer plutôt que de risquer leur propre vie.

Chaque alpha sait qu'il est la moitié du couple reproducteur, et que la continuité de la lignée est tout ce qui compte.

Si vous ramenez un chiot alpha chez vous, il apprendra très vite, il sera facile à dresser de sorte que, quand le moment sera venu, il pourra prendre les commandes de la meute. Et il attendra impatiemment ce jour, le moindre signe de faiblesse qui suggérera que vous n'êtes plus capable d'assurer ce rôle. Ce pourra être à six mois, ou à deux ans, et, à moins que vous n'ayez constamment un coup d'avance sur lui, votre chien adorable et si docile se transformera en parfait imbécile, qui ne voudra plus obéir à aucun de vos ordres. Parfois il deviendra simplement « sourd» à l'extérieur de chez vous. Les propriétaires de chiens disent parfois: «II est parfait à la maison, mais, dès qu'il se retrouve dans le parc, il ne veut plus m'écouter. » C'est parce que les facultés sensorielles du chien sont infiniment plus développées que les nôtres. Il sait exactement qui ou quoi est passé dans le parc, car il voit bien plus loin que nous, il entend des sons inaudibles pour nous et il sent tout. C'est pourquoi il prend les choses en main, supposant que vous serez incapable de veiller à votre sécurité et à la sienne.

Ce chiot qui se précipite vers vous quand vous venez jeter un œil à la portée, c'est le bêta, ou ce que nous appelons plutôt l'exécutant.

C'est lui qui fait régner la discipline, qui assure la sécurité et joue les gardes du corps; il est dans l'agressivité pure. II ne réfléchit pas, il se contente d'intervenir. Il n'a pas à penser car ce n'est pas son boulot; ce sont les meneurs qui le font pour lui.

Son rôle est de protéger la meute et de s'assurer que ses membres respectent les règles et ne consomment pas la nourriture qui ne leur appartient pas, ou n'ont pas de comportement impropre à leur rang. Et si la menace provient de l'extérieur, il l’affronte, sans peur.

Au sein d'une meute, cet animal a l'un des rôles plus importants, mais choisir de prendre ce chiot chez vous sans avoir conscience de sa nature peut avoir des conséquences désastreuses. Lui et vous pourront avoir des notions différentes de ce qu'est une menace.

Ce pourra être un autre chien au parc, un voisin ou l'enfant d'un ami qui vous rend visite. De votre point de vue, son agressivité n'aura aucun sens, mais il aura identifié des causes qui vous auront échappé. Il pourra aussi prendre en charge ce qu'il considérera comme de la discipline de meute au sein du foyer.

Si on lui a appris qu’il n’a pas le droit de monter sur le canapé ou à l'étage, il pourra interdire la même chose à vos enfants. Et si votre chien fait respecter la discipline auprès de votre enfant comme il le ferait avec un autre chien, il pourrait en résulter une blessure grave. Nous n’avons pas de fourrure épaisse d’un chien ou d’un loup pour nous protéger. Je suis effondré par le nombre de chiens qui ont été piqués pour avoir mordu quelqu'un, simplement parce que leurs maîtres n'avaient pas compris ce système de meute et comment il aurait fallu traiter ce chien particulier.

Dans la meute, il y a aussi le contrôleur - en un sens, le contrôleur qualité. C'est un animal de rang médian à supérieur, et son travail consiste à maintenir tous les autres sur la sellette; il s'assure qu'ils puissent prendre en charge les tâches qui leur reviennent, et s'ils ne se montrent pas à la hauteur, alors l'exécutant viendra rétablir l'ordre. Si on atteint le stade où même la discipline ne fonctionne pas et que l'animal commence à perdre son autorité au point de ne plus être utile à la communauté, le loup bêta le bannira de la meute.

Chez les chiens, un contrôleur fera sans doute un animal exigeant, car il sera sans cesse en train de vous provoquer et de contrôler votre endurance, afin de vérifier que vous êtes bien en droit de prendre les décisions pour lui et pour vous-même.

Les individus gamma de rang médian à inférieur sont de nature nerveuse et suspicieuse.

Leur rôle au sein de la meute est de guetter tout danger. Ils montent la garde et font leur ronde autour du terrier ou bien se rendent sur la crête de la colline pour prévenir rapidement le couple alpha de tout élément nouveau, en vue de préserver la sécurité de la meute. Ils font de bons animaux de compagnie car ils n'ont pas l'instinct de faire régner l’ordre ou d’enseigner quoi que ce soit.

Tout ce qu’il leur faut pour être heureux, c'est un peu de nourriture de temps en temps et ils obéiront aux ordres de n’importe qui. Les animaux de ce rang-là ne viennent pas vous chercher quand vous venez les voir : eux se cachent dans un coin - c'est le modèle du bon vieux chien soumis.

Les seuls problèmes qu'on pourra poser seront les aboiements excessifs et l'agressivité due à la peur, mais ces débordements pourront être évités - comme tous les traits de caractère utiles au sein d'une meute, mais qui se révèlent parfois très gênant dans une société humaine.

Il existe trois rôles de « spécialistes » au sein de la meute :

  • le chasseur,
  •  la nourrice - qui est en général l'un de grands-parents –
  • le « désamorceur ».

Ces trois-là inspirent beaucoup de respect aux autres.

Le chasseur est très souvent une femelle car elles sont plus légères et plus rapides que les mâles. Cela dit, si la proie est massive - bison ou élan, par exemple - la femelle pourra la faire courir jusqu'à épuisement mais il faudra ensuite la force physique pour en venir à bout.        

Souvent l’équipe prépare une embuscade. Les chasseurs se chargent de la traque de la mise à mort, mais ce ne sont pas eux qui décident quel animal tuer.

C’est le rôle de la femelle alpha, qui court avec les autres et leur signale l’individu qu’elle a choisi. Les chasseurs prennent le relais et terminent le travail.

La nature de la proie varie selon la période de l'année et la qualité de vie dont la femelle alpha sait que la meute a besoin.

Chez les chiens, le chasseur est en général un animal de silhouette nerveuse, mince et musclée; il est rapide, d'une grande endurance. C'est un chien qui cherche toujours à bouger, il traque les oiseaux et se jettent sur les feuilles d'arbres et les plumes. La femelle alpha choisit les nourrices pour ses petits et ce sont en général des loups qui ont été alpha, plus jeunes. II peut s'agir d'un mâle ou d’une femelle, mais c'est en général une louve, qui prend le relais de la mère lorsque les petits atteignent  l'âge de cinq ou six semaines, lorsque la femelle alpha doit reprendre ses responsabilités envers la meute.

La nourrice garde les petits, leur inculque la discipline et les nourrit, au début par la régurgitation. Elle leur apprend comment défendre leur nourriture, chasser et communiquer avec les autres membres de la meute en toute sécurité.

Le rôle du « désamorceur », ou « loup oméga », est de maintenir la meute dans ses lignes, d'absorber l'énergie et l'agressivité des autres.

Les loups se battent fréquemment entre eux, et souvent de manière violente, surtout au moment de se nourrir et à la saison des amours - comme je l'avais découvert à mes dépens, en Idaho - lorsque la tension est élevée et que toute la meute est sur les nerfs. C’est leur façon de mettre à l’épreuve et de rétablir l'ordre de la dominance.

Le bouc émissaire se jette au milieu de la mêlée et absorbe tout le poids de la violence sans jamais perdre son sang-froid, ne fait jamais preuve d'agressivité lui-même et finit par calmer le jeu. On ne lui exprime guère de reconnaissance pour tout le mal qu’il se donne ; il est toujours le dernier à manger et c’est lui qui a le moins de privilèges, mais son rôle est essentiel dans la meute.

Dans le monde canin, si des chiens se battent au parc, ce chien-là se précipitera dans la mêlée, fera sans doute beaucoup de bruit, mais c'est en fait lui qui mettra fin au combat.

Savoir quel caractère de chien on a chez soi constitue  le premier pas vers une vie heureuse avec lui.