"Dans les aliments « tout prêts » il y a surtout tout ce qu’il ne faut pas à un chien"

(Source "Toxic Croquettes" du Docteur Vétérinaire Jutta Ziegler)


Tout aliment "prêt à l’emploi" produit industriellement présente un pourcentage trop élevé de céréales  (généralement plus de 50 % quand ce n’est pas 70 à 80 %) Moins chères que la viande les céréales fournissent une énergie rapidement disponible ce qui peut avoir des conséquences fatales précisément en phase de croissance.

Un animal tel que le chien n’a quasiment pas besoin de céréales, se retrouve rapidement en sur-poids et grandit logiquement bien plus vite. On se contente d’ajouter aux aliments tout prêts qui sont par eux –mêmes de qualité médiocre, certains ingrédients « santé » dans le but de les revaloriser et de leur attribuer un semblant d’efficacité (exemple pour les problèmes articulaires on ajoute de l’extrait de moule verte)

Aujourd’hui on trouve des gammes d’aliments tout prêts pour tous les cas de figure: chien en sur-poids, chien souffrant des articulations, malade du foie ou des reins, à l’estomac… on peut également trouver un aliment spécial pour chaque race de chien : recette pour teckel, chihuahua, Westie… Chiens castrés, chiens non castrés…Ces aliments spéciaux conçus pour des races différentes aux besoins soi-disant spéciaux sont une pure invention de l’industrie qui permet clairement de conclure qu’aucun d’entre eux ne peut être optimal.


Trop de vétérinaires « irresponsables »


Aucun vétérinaire ou presque ne prend la peine de remettre en question ces ingrédients. Seules les teneurs en protéines brutes et en graisses sont prises en considération. 

 

La majorité des vétérinaires ignore manifestement que les teneurs en protéines brutes et en graisses de 24% pour les premières et de 10% pour les secondes par exemple peuvent être atteintes en ayant recours  à de vieilles semelles de chaussures et à l’huile de moteur usagée. L’utilisation de ces « produits de base» a été prouvée par des tests de laboratoire !

 

On se contente d’ajouter aux aliments tout prêts qui sont par eux –mêmes de qualité médiocre, certains ingrédients  « santé » dans le but de les revaloriser et de leur attribuer un semblant d’efficacité (exemple pour les problèmes articulaires on ajoute de l’extrait de moule verte)

Ces ingrédients santé ne sont pas nécessaires quand le chien est nourri naturellement.

Par exemple, les sulfates de glucosamine peuvent amoindrir (pénicilline, chloramphénicol) ou amplifier (rétracycline) l’effet de certains antibiotiques. 

La glucosamine est également un sucre qui en tant que tel, a dû être pris en compte dans l’alimentation des animaux diabétiques.