Sylvia Kramer nous raconte les origines de sa démarche vers un mode de nourrissage physiologiquement approprié aux animaux carnivores domestiques. Tout a débuté pour elle lorsque son Boxer âgé de 8 ans montrait des signes de morbidité : démangeaisons compulsives, conjonctivite et otites récurrentes, flatulences nauséabondes, problèmes de pelage, de dentition et de gencives... Bref un état d'apathie exacerbé, auquel le vétérinaire ne savait répondre que par le conseil d' un autre type de croquettes, présenté comme un "alicament" adapté à la situation...

Elle évoque aussi sa difficulté à fournir à son chien souffrant la nourriture qui lui convenait et qui lui permettra de renaître à la vie...

"C'est pourquoi, mon cœur déborde de gratitude envers Oracle qui fut mon meilleur guide au cours du processus [...] Avec tendresse je me remémore son infinie joie lorsqu'il a reçu son premier poulet cru, en lisant toute la reconnaissance d'Oracle envers moi, qui avait choisi par respect envers lui, de lui prodiguer une VRAIE NOURRITURE de carnivore, la plus proche possible de celle que mangeait ses ancêtres. Et pourtant au cours des premiers pas de mon apprentissage, je me suis découragée. Sans me l'avouer vraiment j'ai exposé  un tas d'excuses pour éviter de m'engager: pas le temps trop de travail, trop compliqué, trop cher, pas d'infrastructure, non conventionnel, trop risqué, etc. [...] De plus je frémissais à l'idée de déséquilibrer mon budget"


Pour ne plus se faire abuser par l'industrie du "pet food"


Ce que décrit Sylvia Kramer  en évoquant son sentiment de colère, dans son livre: "STOP ! à la malbouffe de nos chiens et chats", je l'ai ressenti aussi.

"En lisant attentivement les multiples écrits des vétérinaires holistiques de renom, au sujet de la face cachée de la nourriture manufacturée, j'ai ressenti divers sentiments, dont de la colère, de l'impuissance, de la tristesse et de la désolation. J'ai vécu la révélation de l'envers du décor de l'industrie comme un abus de confiance par désinformation, une sorte de tromperie commerciale par omission. J'ai pris conscience que par l'attrait pratique d'une nourriture prête à l'emploi, par manque d'une information appropriée et de discernement, je faisais partie des nombreux consommateurs confiants déléguant le nourrissage aux industriels qui affirment détenir la science exacte en matière d'alimentation des chiens et des chats."


La solution: Privilégier une alimentation à base  viande et d'os charnus crus


Les principes à respecter

L’idéal alimentaire d’un carnivore est beaucoup plus riche en protéines et en lipides que celui d’un humain

Tout excès en céréales, en fruit ou en légumes peut causer de sévères dérèglements comme une diarrhée à répétition, des flatulences ou des régurgitations.

Les végétaux doivent être « pulvérisés » (= mixés crus), sans pour autant être cuits, car les carnivores ne savent pas digérer la cellulose dont sont constitués les parois cellulaires des végétaux, pour permettre une meilleure digestion.

 

>>> L’équilibre alimentaire ne s’obtient pas au quotidien mais sur une semaine environ, pas forcément à heure fixe, ni la même quantité journalière, un jour de jeûne peut être envisagé.

 

Les aliments indispensables / essentiels 

  • Les os crus, charnus, non porteurs et adaptés à la taille de votre animal
  • Volailles :caille, canard, poulet, chapon, coq, dinde, oie, pigeon, pintade, poularde, poule poussin…
  • Bœuf, lapin, mouton, veau, porc
  • Poisson gras: anchois, flétan, maquereau, sardine, thon, truite, saumon (avec les viscères, seules les têtes doivent être éliminées)
  • Gibier: biche, chevreuil, daim, lièvre, marcassin, sanglier
  • Abats avec modération:  cervelle, foie, pense verte, rate, rognon

 

Les aliments recommandés en complément

  • Végétaux à feuilles: Batavia, cresson, laitue, bette (étuvée) feuille de chêne, laitue, mâche, ortie, pissenlit, roquette , scarole, Épinard (étuvée) (si pas de problèmes urinaire)
  • Végétaux radiculaires: asperge (étuvée), betterave rouge, brocoli, carotte, céleri rave (étuvé) concombre, citrouille, courgette, potiron, fenouil, gingembre, haricot vert (étuvée) navet (étuvé) poivron rouge ou jaune, topinambour
  • Fruits mûrs de saison: Ananas, banane, kiwi, mangue, melon, nectarine, papaye, poire et pomme
  • Œufs
  • Miso
  • Miel
  • Produits laitiers (fromages)
  • Vinaigre de cidre de pomme
  • Pollen
  • Levure de bière
  • Argile
  • Alfalfa (Luzerne)
  • Froment rampant (chiendent)
  • Ortie
  • Algues
  • Huiles
  • Fruits oléagineux (plutôt moulus): noix, noisettes, amandes

Bien connaître les aliments toxiques & dangereux pour les chiens: chocolat, os cuits, alliacées...


 Les aliments interdits- dangereux-

  • Les os cuits qui  peuvent être dangereux car ils peuvent former des esquilles et blesser votre animal.
  • Aubergines
  •  Alliacées: poireau, oignon, échalote, ciboulette, radis
  • Piment, poivron vert
  • Chocolat
  • Raisin, noyaux…
  • Le lait en grosse quantité favorise le parasitisme par les vers

Les aliments déconseillés

  • Tomates, choux  (fermentescibles) Artichaut, petits pois
  • Les agrumes, avocats et raisin, coing, baies de sureau
  • Pommes de terre, pain à cause de leur teneur en amidon, peut conduire à un météorisme (ballonnement intestinal)
  • Les os porteurs des gros mammifères (sont les os des pattes), ainsi que les côtes de certains gros mammifères, sont à proscrire car trop durs. 
  • Épinard (étuvée) pour les sujets atteints de troubles urinaires, car riche en acide oxalique et les jeunes animaux car interfère légèrement dans le processus de fixation du calcium